•   Ce Seiko 6139-7080 est un chronographe automatique ( pas de remontage manuel) à seconde centrale, totaliseur 30 mn à 6h, sans trotteuse, avec jour et date à réglages rapides par poussées sur la couronne, WR 30m.

     Calibre 6139B – 17j, diamètre d'emboitage : 27mm; Hauteur : 6,65mm; fréquence : 21600 bph.

     Etant amateur, le nettoyage de toutes les pièces -sauf barillet- est fait par trempage dans l'essence F ( pièces en plastique: 5 mn) puis brossage, fusain taillé et rodico. Le huilage se fait selon les préconisations de la notice technique, en utilisant : Moebius 8200 et 9010. Il importe de bien suivre l'ordre de démontage/remontage préconisé!

     

    1-     Déboitage avec ouverture du fond, retrait de l'anneau de maintien, retrait des poussoirs chronos, retrait des aiguilles et du cadran:

    Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique

     

    Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique

     

    Seiko 6139 chronographe automatique

     

     

    2- Retrait du rotor, pont du mécanisme auto, magic-lever et roue de transmission et platine auto: un système très simple mais très efficace!

    Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique

     

    3-  Côté cadran: on retire le disque-jour, le plateau day-date, le disque-date puis tous les rouages et ressorts dato; on termine provisoirement ce côté en enlevant le Diashock inférieur.

    Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatiqueSeiko 6139 chronographe automatique

    Seiko 6139 chronographe automatique

     

    4- Côté rouages: on enlève le balancier-spiral et son coq; un grand balancier et un "coq à deux pattes" !
    Antichoc démonté pour nettoyage.

    Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique

     

    5- Mécanisme chrono.

    - Le pont avec le clic marteau intégré (riveté) et le clic de la roue des minutes:

    Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique

     

        - Vues d'ensemble:de gauche à droite ci-dessous: roue minutes chrono, roue intermédiaire, roue de centre chrono, ressort-fil du levier de déclenchement :

    Seiko 6139 chronographe automatique  

    -Ci-contre, en bas : roue à colonne; au-dessus, le marteau: Seiko 6139 chronographe automatique

    - roue des minutes chrono: Seiko 6139 chronographe automatique 

    - les deux leviers de couplage qui agissent sur la roue de centre-chrono:

     

     Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique

     

    -Vue des éléments restants: 

    Seiko 6139 chronographe automatique

    -On démonte la roue à colonnes:

    Seiko 6139 chronographe automatique

    -Otons l'organe le plus vital, la roue de centre-chrono, à l'architecture assez complexe et qui -normalement- ne se démonte pas; on perçoit bien le "chanfrein" de l'axe destiné au chassage de l'aiguille des secondes chrono et l'embrayage vertical ( détails plus bas) puis on enlève la platine chrono; à droite la même roue avec le "doigt" qui engraîne avec la roue intermédiaire (un point à vérifier au remontage):

    Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique

     

    Fonctionnement

    Seiko 6139 chronographe automatique

    Mécanisme à roue à colonnes et embrayage vertical : Roue de centre -chronographe : organe mixte, composé par la roue de centre et son pignon, l'anneau d'embrayage et son ressort, surmontés d'un plateau, et de l'axe chrono avec son « doigt ».
    L'embrayage permet de coupler/découpler la roue de centre et le mobile chrono :

         -  une pression sur le start fait tourner la roue à colonnes, qui entraîne le premier levier de couplage ; ce levier entraîne un second quasi-symétrique et les deux se découplent de l'embrayage chrono : l'anneau d'embrayage vient alors se solidariser avec la roue de centre et le chrono – aiguille des secondes- démarre.

         -  Une seconde  pression sur le start permet l'arrêt chrono par le mécanisme inverse : les deux leviers viennent soulever l'anneau d'embrayage et le désolidarisent de la roue de centre.

         -  Le reset se fait grâce au poussoir du bas : une pression entraîne le marteau par l'intermédiaire du « flyback lever » et le marteau agit sur les pièces en forme de coeur des rouages seconde et minute chrono.

     Le doigt chrono engraine avec la roue des minutes chrono et l'impulse d'une minute à chaque tour de la roue chrono .

     

    -Platine nue...ou presque: train de rouages classique d'un côté, mécanisme de remontoir de l'autre:

    Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique

     

    6- Remontage-huilage

     Insistons encore ici sur le respect des instructions:
    -lubrification de la roue de centre-chrono: à poser à l'envers sur un support adapté pour faire pression sur l'anneau d'embrayage et huiler l'axe;
    - replacer les leviers de couplage en position "start", soit découplés de l'embrayage;
     - ne pas toucher les excentriques et vérifier le positionnement horizontal;
     - vérifier le contact entre le "doigt chrono" et la roue intermédiaire;
     - vérifier le placement du marteau et des ressorts.
     - vérifier le start-stop-reset ;

    *** veiller à chasser les aiguilles chrono de façon à avoir un reset ad-hoc, en particulier avec l'aiguilles des secondes chrono.

    Pour le reste, que du classique!

    -Platine propre et partie chrono en remontage:

    Seiko 6139 chronographe automatique  Seiko 6139 chronographe automatique

     

    Conclusion

    Ce calibre historique - un des premiers chronos automatiques commercialisés en 1969- offre un mécanisme certes simple, non décoré mais à mon sens d'amateur très bien pensé et surtout très fonctionnel, fiable et facile à entretenir: les pièces restent trouvables à très peu de frais. En effet, ce chrono partage avec les calibres 6106A et 6309 de nombreuses pièces de base; pour la partie chrono on en trouve chez Borel, à l'exception de la roue de centre-chrono plus difficile à trouver. Malgré l'absence de seconde permanente, la précision semble très bonne grâce à un balancier de grand diamètre. Le chrono peut fonctionner en continu ce me semble, si ce n'est une usure éventuelle et prématurée du disque d'embrayage...?
     Cet essai ne présume pas de réussites ultérieures : les problèmes surgissent toujours là où on ne les attends pas! 

    Galerie : http://watchphotosblog.eklablog.com/seiko-6139-7080-f63346

    http://thewatchsite.com/files/Casing%20Guide/22.%206139A.pdf

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  • Il y a sept ans j'avais récupéré cette automatique des années 60 pour me faire la main...et quelques bêtises de débutant.


    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique  ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique


    Une de ces petites marques d'emboiteurs, depuis longtemps disparues, un témoignage de ce que l'on trouvait à l'époque comme montre pas chère mais de qualité: calibre suisse ETA 1259, boitier plaqué or, plexi, fond à bague vissante.

    Intérêt de ce calibre 1259: il s'agit de la version avec date du 1256, premier calibre automatique de chez ETA sorti en 1950. Cette "Ladoga" et son 1259 fut emboitée entre 1955 et 1961, dates de production de ce mouvement.

    Cinquante ans plus tard, ce calibre qui n'avait pas subit de casse (avant mes mains maladroites!)tourne toujours et même très bien après remplacement de quelques pièces et un rhabillage en règle (d'amateur bien sûr).

    Un donneur d'organes neufs: le 1256! Il a gentiment cédé un barillet et son rocher, un pont de rouages, un ressort pour le cliquet, les quatres roues, ancre et pont d'ancre, balancier-spiral et coq, quelques vis...

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique
     

    En avant!

    - Après avoir désarmé le ressort de barillet, on enlève l'ensemble balancier-spiral + coq:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique 

     - Pont d'ancre et ancre ôtés, dépose de la plaque de contre-pivot de la roue d'échappement:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

     -retrait du pont de rouages et du rochet:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - le cliquet et son ressort:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - On enlève le pont de barillet:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - barillet et rouages:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    -roue de seconde et moyenne enlevées, restent le pont et la roue de centre, avec une plaque de contre-pivot:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - pont enlevé, roue de centre:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - chaussée retirée et roue de centre idem:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - retrait de la vis de tirette ( et récolte d'icelle!)

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    -côté dato (ici sur 1256 pour la partie remontoir, identique sur le 1259 sauf pour le pont remontoir):

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - dépose du ressort de tirette:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - ressort de bascule délogé et bascule en place:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - retrait du pignon coulant et du pignon de remontoir; restent le renvoi et la roue des minutes:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

     - Platine nue, incabloc retiré:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - Au bain (essence F)! Puis brossage, inspection-nettoyage au fusain, séchage...

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique


    Huilage ( 9010 et 8200)-Remontage et hop:

    - côté dato:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - le remontoir auto:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique  ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique  ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique

    - côté balancier:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique  ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique



    et enfin avec le dispositif auto:

    ETA 1259 : rhabillage d'un père de l'automatique


    et pas d'emboitage car mon cadran n'a plus de pieds!



    Spécifications:  

    11.5'', Dm= 25.6mm , H= 6.0mm , 17 jewels , f = 18000 A/h , power reserve 40h

    Documentation:

    http://hiro.alliancehorlogere.com/stash/images/a/a5/ETA1256.pdf

    http://www.christophlorenz.de/watch/movements/e/eta/eta_1256.php?l=en

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  Le Seiko 7S26, un calibre bien connu: celui de la skx007 entre autres. Un mouvement mécanique
     rustique, peu cher (+- 50$ au détail) mais bien pensé et efficace. Dans la lignée de ces prédécesseurs!
     (voir seiko diver's: l'histoire )
     
      Spécifications (7S26A) :                                                             

     - diamètre externe / d'emboitage: 27.4mm / 27mm
     - hauteur : 4.9mm
     - 3 aiguilles, seconde centrale
     - day/date, réglages rapides
     - automatique sans remntage manuel
     - 21600 bph
     - 21 rubis
     - RDM +- 40h

     Le sujet: Seiko "military" ref SNK803J2 (modèle épuisé):

    Seiko 7S26 : rhabillage     Seiko 7S26 : rhabillage
     
    A) Déboitage et démontage du mouvement


      -Ouverture du fond vissé avec l'outil classique, puis on finit avec le petit bâton:

    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage


     - ouvert!  Dépose du joint de fond avec le bâton:

    Seiko 7S26 : rhabillage   Seiko 7S26 : rhabillage

     - le joint est bon, à nettoyer à l'eau savonneuse cependant; on range:

    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage

      - on enlève couronne et tige:

    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage


     - on déboite en retournant la montre:

    Seiko 7S26 : rhabillage

     - on enlève les aiguilles en protégeant le cadran et avec des leviers aux aiguilles:

    Seiko 7S26 : rhabillage Seiko 7S26 : rhabillage

     - On peut enlever le cadran (tiens, un pied cassé!) et le ranger:

    Seiko 7S26 : rhabillage

     - retrait du cercle de maintien du disque-jour et de ce dernier:

    Seiko 7S26 : rhabillage

     - côté dato, on enlèvera après les ponts le disque-date:

    Seiko 7S26 : rhabillage

     - dépose de l'anneau de maintien cadran/emboitage (simplement clipsé):

    Seiko 7S26 : rhabillage

     Le démontage se poursuit en suivant l'ordre, sans oublier les rubis des antichocs.
     On nettoie tout ça à l'essence F (sauf le barillet), brossage, vérification au fusain taillé
     des différents éléments (paliers rubis en particulier) + rodico et soufflette.

    Seiko 7S26 : rhabillage


        B) Huilage et remontage:

     Pour le huilage: graisse 8200 et pique huile rouge pour l'axe de barillet et le remontoir;
    huile 9010 et pique-huile noir pour le reste, selon les préconisations de la notice
    (voir en pied de page)


    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage
     

     - remontoir: sur ce calibre, les pièces ne sont pas du côté cadran mais de l'autre:
        *tige de remontoir, roue de correction calendrier, pignon coulant:

    Seiko 7S26 : rhabillage

        *on place bascule et son ressort, tirette et son ressort:

    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage


        *roue des heures et canon, :

    Seiko 7S26 : rhabillage


     - rouages: pont de la roue des heures,roue d'échappement, roue de moyenne, barillet et son cliquet, roue de seconde:

    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage

    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage


     - on place le pont de rouages, puis sur celui-ci le dispositif automatique remarquable de simplicité
     et d'efficacité -3 pièces seulement! c'est le fameux "magic lever" :

    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage

    Seiko 7S26 : rhabillage


     - mise en place du rocher et de la "roue de réduction" avec sa vis à trois fentes (pas inversé); on placera
    le rotor en suivant l'orientation préconisée en dernier:

    Seiko 7S26 : rhabillage


     - on replace l'ancre et son pont:

    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage


     - on replace l'ensemble balancier-spiral et son coq; huilage et remise en place de son antichoc
    ( voir ci-dessous)


    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage


     - côté cadran:

        *remontage et huilage du Diashock:

    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage


        *on remet le cercle d'emboitage
        *on replace les rouages: roue des minutes,roue de quantième (P), roue intermédiaire, roue des heures, roue de correction day-date(P)

    Seiko 7S26 : rhabillage  Seiko 7S26 : rhabillage


        *pont et ressort dato, disque date(P), roue intermédiaire correction jour(P), pont et ressort jour, disque jours(P) et son anneau de maintien:
          (P = pièces en plastique )


    Seiko 7S26 : rhabillage


     Fini! Ne reste qu'à replacer cadran et aiguilles et à remettre tout ça dans une boite toute propre,
     graisser légèrement le joint de fond une fois posé puis refermer.

    [Documentation: http://www.watchuseek.com/seikocitizen/SeikoTechnicalManuals/7s2x%20Complete%20Break%20Down.pdf
                    
                                http://www.watchuseek.com/seikocitizen/SeikoTechnicalManuals/7S26A_7S36A.pdf

                   

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique